PRESSE & DIVERS



« (...) Franck Laroze revient sur les chemins du théâtre grec car il interroge la cité et les forces qui la régissent dans l'inconscient de la pensée collective et dans la conjonction entre pouvoir et savoir scientifique. On cherchera en vain des personnages en situation de dialogue. Il est un auteur de théâtre atypique qui n'écrit pas pour la scène parce qu'il se considère homme de théâtre, mais parce que c'est dans la mise en bouche que ses épopées trouvent toute leur résonance, que les planches permettent aux metteurs en scène d'interroger son écriture à travers les technologies nouvelles.(...) »

Thomas Hahn
Les auteurs d'aujourd'hui : Franck Laroze ou le poète dramatique engagé
Ubu, Scènes d'Europe, n°24/25, avril 2002


« (...) L'outillage technique et technologique est à penser comme un prolongement de l'écriture. Son utilisation n'est pas simplement à considérer comme une traduction scénographique de l'idée de mise en scène; elle participe pleinement de ce que j'ai proposé d'appeler l'écriture de plateau, à l'oeuvre chez de nombreux artistes d'aujourd'hui, quelle que soit la forme esthétique qui en résulte. De Jean François Peyret à Jan Lauwers en passant par le Théâtre des Lucioles, Matthias Langhoff, Roméo Castelluci, Christophe Schlingensieff ou Franck Laroze, la posture de l'écriture ne passe pas d'abord par le livre, mais part en fait de la scène, qui se donne à elle-même son vocabulaire et sa grammaire scénique propre.(...) »

Bruno Tackels
Entretien avec Jean Marc Lachaud
Arts & nouvelles technologies
sous la direction de Jean Marc Lachaud & Olivier Lussac, éd. L'Harmattan (mai 2007)
(p. 94 & 95 ; actes du colloque Arts & nouvelles technologies organisé les 24 & 25 novembre 2004 par le Pôle de recherche Arts, Esthétique et Médiations spatiales du Centre de Recherche sur les Médiations (CREM) de l'Université Paul Verlaine - Metz)


« Les nouvelles technologies seront au théâtre du XXIème siècle ce que le projecteur de scène fut au théâtre du XXème siècle:

un moyen de renouveler le rapport au jeu d'acteurs, à l'espace, au temps, à la dramaturgie et à la mise en scène; pas de révolution, mais une évolution inéluctable afin que les arts vivants continuent de sonder leur époque et de s'adresser aux spectateurs d'une voix en phase avec leur temps. Un moyen de les rendre encore et toujours plus vivants. »








PHOTOS


Paris, Villeurbanne, Maison Laurentine (Aubepierre-sur-Aube) (2011-2013)

(Tous droits réservés)