poésie numérique



performance de poésie numérik


Théâtre Molière/Maison de la Poésie (Paris, 29 mars 2005)

Les Rencontres d'été à La Chartreuse de Villeneuve lez Avignon (21 juillet 2005)

coproduction: EvidenZ production déléguée, Trame Ouest, et le soutien du Théâtre Nanterre Amandiers


et la participation de Hortense Gauthier

mise en scène: Franck Laroze

réalisation multimédia: Philippe Boisnard

textes & scénographie: Franck Laroze & Philippe Boisnard


et des extraits du DVD Data History X de Philippe Boisnard






présentation




poetiK politiK Koncept est une performance de poésie numérique évolutive en 3D imaginée & présentée au gré du contexte politique international par Franck Laroze & Philippe Boisnard. Première du genre – esthétiquement & techniquement –, cherchant à dépasser les frontières traditionnelles entre lecture poétique, performance numérique & représentation théâtrale, elle se veut « objectiviste », se donnant pour objet d’agir sur nos champs de perception & de représentation du monde contemporain. Le langage ici développé, qu’il soit textuel ou scénique, vise à confronter de manière ludique l’ontologie du sujet, sur un mode anthropologique, au champ de l’intégration de l’histoire collective par l’image. Le hors-champ de l’écran/l’image devient ainsi le champ premier de la scène, le poème/« chant de la scène » n’étant plus que la tentative de réappropriation du sujet de sa propre histoire par le langage, à l’instar d’un monde où la représentation du corps a tellement dévoré le corps dans sa réalité que ce dernier se sent comme exclu de sa propre histoire. L’image étant devenue notre inconscient collectif, il s’agit donc, pour le(s) poète(s), de réinventer un langage global de l’être en prenant l’image à son propre piège.



commentaires

Deux poètes (Franck Laroze & Philippe Boisnard) et un acteur (Éric Jakobiak), ensemble pour faire entendre & voir un autre type de parole poétique, aux antipodes de la poésie patrimoniale au lyrisme dorénavant éculé. Autant dire un changement d’air/ère. Ici les « je » importent peu et sont « autres » d’office, combinés en un jeu défiant le langage dans ses formes traditionnelles, unifiés par une même volonté de dire enfin & vraiment les conditions politiques du monde contemporain & de détourner, par des sonorités & images savamment maniés, la langue de la manipulation contemporaine généralisée. Car c’est d’abord dans l’imaginaire & la mécanique du langage que se livrent (ou non) les guerres post-modernes du « spectaculaire intégré », et c’est aussi par une mise en abîme du langage que les imaginaires peuvent être libérés des prisons de la « communication ». C’est pourquoi cette poésie, objectiviste, vient exténuer, chez chacun de ces auteurs, la logique médiatique qui développe son hégémonie à travers l’information. L’usage des technologies, loin de n’être qu’anecdotique, décors, ou encore passage obligé par une mode, est impliqué nécessairement au niveau des perspectives poétiques suivies, au sens où cette poésie venant déconstruire l’ordre médiatique se doit de se développer en rapport aux médiums utilisés par les médias eux-mêmes.
Francis Marcouin, Directeur du Centre de Recherches Littéraires « Imaginaire & Didactique » à l’Université d’Artois (Arras)



extraits textes & vidéo

(tous droits réservés)



de la déliquescence des utopies politiques

de Franck Laroze, réalisation audiovidéo de Philippe Boisnard





du sécuritaire somniférique intégré

de & avec Franck Laroze, réalisation audiovidéo de Philippe Boisnard



(si vous rencontrez des problèmes de lecture cliquez-ici)




communication

(cliquer pour agrandir)


affiche



web teaser - flyer recto & verso



programmes: Théâtre Molière/Maison de la Poésie & La Chartreuse/CNES